Blog

"Prouvez-le !"

Une citation que je viens de lire sur le mur d'un ami et issue d'une page d'athées qui "réfléchissent" (comme si les croyants n'y parvenaient pas) :

"Il n'y a pas une seule religion qui peut survivre à ces 2 mots : prouvez-le !"

Il me semble qu'il n'y a pas non plus un seul athée qui puisse répondre à ça : Dieu n'existe pas ? Prouvez-le !

En effet, messieurs les athées bien-pensants, vous ne pourrez pas non plus prouver que Dieu n'existe pas. Vous CROYEZ que Dieu n'existe pas. Mais en fait, vous n'en savez rien ! Vous avez CHOISI de CROIRE que Dieu n'existe pas. Votre conviction, votre assurance arrogante n'est qu'une croyance, ni plus, ni moins légitime ou valable que celle de croire en Dieu !

Une absence de preuve n'a jamais été une preuve d'absence !

Finalement, quand vous voulez convaincre les autres d'adopter votre croyance (voire l'imposer), cette croyance que vous jugez supérieure, la seule valable et véritable ... heu, comment dire, ça me fait penser à certaines choses d'aujourd'hui et d'hier ... et je préfère ne pas en dire plus pour ne pas vous froisser ! ;)

Pour ma part, je ne sais pas si un Dieu doté d'une conscience existe. Pour autant, je ne dirais jamais qu'il n'existe pas, je n'en sais rien du tout. Et je vis très bien avec cette incertitude... :)

------------------------------------------------------------------------------
EDIT : ce que je dis concernant le fait de ne pas savoir, et donc de ne pas me prononcer, est valable pour toutes les autres croyances que je n'ai pas choisi d'adopter ... car oui, j'ai choisi d'adopter quelques croyances, mais en connaissance de cause, pas parce qu'on m'aurait converti ou parce que j'ai été éduqué dedans ;)

Croyance et savoir

Je pratique le véritable scepticisme, pas le pseudo-scepticisme si communément répandu
Quand je sais, c'est une connaissance ou un savoir.

S'il n'y a rien de tangible, de vérifié ou de vérifiable, je dis que je ne sais pas ! C'est peut-être vrai ... ou pas !
Quand je ne sais pas, je peux choisir de croire ou ne pas croire, ou de rester dans le doute, sans certitude. Mais c'est un choix ! Et je suis conscient que c'en est un ! ;)

Le changement ou début d'un autre cycle

Je pense qu’on apprend chaque jour quand on le veut, de toute chose dans notre vie.

Parfois les choses nous semblent immuables et on aimerait qu’elles le soient.
On aimerait pouvoir contrôler les changements dans notre vie.

Seulement voilà, parfois des événements inattendus surviennent qui viennent chambouler tous nos projets, notre vie, notre bonheur…
Un jour on choisit ensemble des abat-jours pour la maison et on réfléchit au moyen de vous aménager plus de place et un espace à vous. Le lendemain, on vous annonce, après 2 ans de vie commune, sans préavis, sans possibilité de changer quoi que ce soit, presque froidement, que tout est fini !

Et même si l’autre vous dit que ce n’est pas votre faute, que vous avez presque trop bien fait, on pense forcément à tout ce qu’on a sans doute loupé, à tout ce qu’on aurait pu faire autrement, du faire autrement. Mais c’est trop tard !

Est-ce la loi de l’équilibre ? Je ne sais pas mais le même jour, quelques heures plus tard, je reçois plusieurs propositions intéressantes dont une pour me produire 2 fois par semaine toute l’année. De quoi me permettre de combattre l’abattement…

Une fois remis du KO, une fois la panique passée et ce sentiment de vide, d’abandon passés, recentré sur le comment faire et non le pourquoi, sur ce qui reste plutôt que sur ce qui est perdu, le présent et les projets plutôt que les souvenirs, les opportunités plutôt que les difficultés, la beauté du monde plutôt que la tristesse, l’esprit devient plus clair. Et je ressens une forte envie de continuer à avancer, à avancer malgré les obstacles. Je me rappelle que tout ce qui m’arrive contribue à me faire grandir et évoluer.

La seule chose que je peux contrôler c’est la manière dont je réagis, dont je fais face.

Le moteur du changement, c’est l’inconfort que l’on ressent dans une situation. Peut-être que ma vie était trop confortable pour me motiver ? Ou peut-être que je m’étais résigné ou que l’inconfort restait dans les limites du supportable ? Toujours est-il que je ressens un élan et une envie que je n’avais pas ressenti depuis un bon moment !

Je remercie pour cette épreuve, pour toutes ces épreuves, qui si elles me semblent pénibles, douloureuses, me prouvent que je suis encore vivant et plein d’énergie, que j’ai la capacité de rebondir et la force de continuer à avancer.

D’une certaine manière, j’y ai gagné en liberté, la liberté de suivre n’importe quel projet, où que ce soit, avec qui que ce soit, sans penser à d’éventuelles conséquences sur mon couple.

Je remercie mon ex-compagne pour toutes ces choses, même si je ne crois pas que c’était le but recherché.

Merci pour cette leçon de vie qui m’offre la possibilité de continuer à apprendre, apprendre d’autres choses, d’autres relations et qui sait peut-être un jour, une autre compagne…

Je me sens vraiment vivant, plein de gratitude et d’amour pour ce monde !

"Nourrir" son corps

Notre corps se nourrit de différentes choses. La première à laquelle la plupart pensent immédiatement, c'est la nourriture.
Certains pensent également à la boisson mais peu s'intéressent à ces autres choses qui nourrissent notre corps.

Ce sont, par ordre d'importance :

L'air que nous respirons. Ça nous semble tellement évident que nous n'y prêtons même plus attention ! Pourtant la plupart d'entre nous n'utilisent même pas la moitié de leur capacité pulmonaire ! Travaillez votre respiration...

L'eau que nous buvons. Nous ne pouvons nous passer de boire. C'est même plus important que manger ! Pourtant beaucoup ne boivent pas assez ou ne boivent que des cochonneries (sodas par exemple) ! Nous devrions boire environ 30ml d'eau par kg de poids de corps !

La nourriture que nous mangeons. On nous en parle tout le temps. Si j'étais cynique, je dirais que ce n'est pas tant pour notre santé que pour les profits que ça peut rapporter à l'industrie agro-alimentaire, si puissante qu'elle est capable d'infléchir toute la politique de notre pays...

Les mouvements que nous faisons. On pense immédiatement à l'exercice physique (vous noterez que je n'ai pas employé le mot "sport") mais pas seulement, la posture que nous avons, la manière dont nous nous déplaçons, appréhendons l'espace autour de nous.
Un corps pas assez (ou mal) utilisé perd de ses capacités. Tout cela influe sur notre état d'être, notre santé et notre état d'esprit...

Les pensées que nous avons, que nous nourrissons. Vous connaissez sans doute la métaphore du verre à moitié plein et celui à moitié vide. Nous sommes des constructeurs de réalité, de sens. Nous créons nous-même notre bonheur ou notre malheur. Nous construisons nous-même le monde dans lequel nous vivons. Là où certains voient des épreuves, des difficultés, d'autres CHOISISSENT d'y voir des opportunités, des challenges qui les feront devenir meilleurs !
Les choses ne sont ni bonnes ni mauvaises en elles-mêmes, c'est nous-mêmes qui leur donnons du sens et les qualifions comme telles ! Un bon exercice pour commencer, c'est déjà de focaliser sur ce que vous voulez et pas sur ce que vous ne voulez pas !

Les émotions et sentiments que nous ressentons. Nous connaissons tous des mots comme somatisation, dépression, pourtant nous nous disons souvent que c'est valable pour les autres. Saviez-vous qu'il existe un lien avéré entre cancer et dépression ?
Certains se laissent aller à ce qu'ils ressentent et laissent venir les sentiments comme ils viennent, parfois bons mais aussi malheureusement souvent mauvais (tristesse, peur, colère, frustration, envie, doute, angoisse, culpabilité...) D'autres choisissent de combattre les mauvais dès qu'ils les sentent sur le point de surgir car ils sont générateurs de très mauvaises énergies qui nous empêchent d'avancer et d'agir. Pour cela, il faut commencer par être être à l'écoute et conscient de ce qui se passe en nous...

Les mots que nous employons. La manière dont nous parlons aux autres mais également la manière dont nous nous parlons à nous-même. Certains disent que le langage permet d'accéder à l'inconscient et à la manière dont notre cerveau fonctionne.
Nous nous parlons à nous-même constamment et la manière dont nous nous parlons renforce les croyances positives ou négatives que nous avons sur nous-mêmes ou sur les autres et le monde dans lequel nous vivons (car rappelez-vous, nous ne le voyons que comme nous croyons qu'il est !)
Par ailleurs, dire des paroles encourageantes, stimulantes, réconfortantes, aimables à tous ceux que vous rencontrez (et pas seulement à votre entourage où les personnes que vous appréciez) ne vous coûte rien, vraiment rien. Ca fait du bien aux autres et les rend bien mieux disposé à votre égard et à l'égard des autres aussi ! Imaginez l'impact que ça pourrait avoir sur le monde chacun le faisait ! Pourquoi attendre ? Pourquoi attendre que les autres le fassent aussi ? cf. Le conte chaud et doux des Chaudoudoux

"Plus facile à dire qu'à faire" me direz vous ! "Je n'ai pas le temps de m'intéresser à tout ça !"
Je vous répondrai alors que beaucoup des meilleurs businessmen et businesswomen au monde y parviennent. Pensez-vous vraiment que ces personnes ont plus de temps libre que vous ? Non, elles en ont encore bien moins ! Mais elles ne se trouvent pas d'excuse pour ne pas le faire et trouvent au contraire que tout cela fait partie d'une bonne hygiène de vie : Mens Sana in Corpore Sano, "un esprit sain dans un corps sain" !

Une aide gratuite ? C'est suspect !

Serions-nous dans une société tellement vénale, où l'amitié serait intéressée, où tout service serait un calcul, où une aide ou un service qu'on ne paye pas n'aurait aucune valeur ? Que ce serait même suspect ?

Est-ce que vous-même n'agissez que par calcul ou intérêt ? Bien sûr que non !
Alors pourquoi supposer que les autres le font ? Quelle vision du monde et des autres !
Comment alors, alors que vous vous méfiez des autres, pourriez-vous attirer de bonnes et belles choses dans votre vie  ? Comment pourriez-vous susciter chez les autres amour, bienveillance et sympathie ?

Je suis toujours amusé (et en même temps un peu agacé) de constater qu'une personne en détresse me suppliant de lui venir en aide, alors que je lui propose de la rencontrer pour voir en quoi et comment je pourrais l'aider, alors que je lui précise que je ne lui demande rien contrairement à tous ces vendeurs de "conseils" qui ne l'ont pas fait avancer (sur aucun plan), trouve cela suspect et préfère continuer à s'en remettre  aux mêmes "escrocs" (selon ses propres termes) qui l'empêchent de faire vraiment le travail qu'il faudrait qu'elle fasse sur elle-même...

Ouvrez les yeux ! Refusez le conditionnement que vous a fait subir cette société !

Oui les profiteurs et les arnaqueurs existent et existeront toujours. Mais si c'est ce que vous pensez en premier lieu des personnes que vous croisez dans votre vie, vous vous coupez immédiatement de la possibilité de belles rencontres et de bonnes choses !

Ces mauvaises vibrations vous affecteront et affecteront l'ensemble de votre vie !
Si vous focalisez sur tout ce qui pourrait vous arriver de néfaste et tout ce qui ne va pas autour de vous, non seulement vous ne verrez pratiquement plus le reste et vivrez dans un monde sombre, mais en plus, cela deviendra VOTRE réalité car c'est celle que vous vous serez construite, celle que vous aurez appelée à vous !

Contrôlez vos pensées et vous contrôlerez ce que vous vivrez !

Miroir, mon beau miroir...

On ne peut pas plaire à tout le monde et notamment pas à tous nos spectateurs.
Je sais donc que mon spectacle ne peut pas plaire à tout le monde. En fait, je n'ai clairement pas voulu faire quelque chose de consensuel et donc selon moi, sans saveur. Mon spectacle ne laissera donc certainement pas indifférent Clin d'œil
 
Autant le dire tout de suite, ceux qui viendraient pour tenter de déceler des trucs (de magicien), ceux qui viendraient en pensant voir du psycho-illusionnisme (pseudo-psycho et pseudo-hypno d'ailleurs la plupart du temps) ne peuvent qu'être très déçus. Ceux qui viendraient pour voir des effets flashies et des tours de cartes, ceux qui viennent à un spectacle qu'ils pourraient voir à la télévision ou qui aiment des divertissements qui leur permettent de se vider la tête (quelle idée !) seront également déçus !
Mon spectacle a été conçu pour un public adulte, intelligent et cherchant quelque chose de réellement différent.
 
Un des objectifs dans ce spectacle (un fil conducteur en somme) était de faire réfléchir les spectateurs, leur permettre de se poser les bonnes questions par rapport à eux-mêmes et leur vie... de semer une petite graine qu'ils seraient libres de faire germer ou pas.
L'objectif est atteint pour la plupart et beaucoup m'en remercient que ce soit le soir même ou plus tard.

Malheureusement, il est impossible de montrer quelque chose à quelqu'un qui refuse de voir : "il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir" !
 
Hier, j'ai donc lu un avis très ... tranché : "Le spectacle est nul !"  (Est-ce parce qu'on n'aime pas quelque chose que cette chose est nulle ?)
 
J'avais repéré la spectatrice avant même le début du spectacle. Je l'ai observée tout au long du spectacle.
C'est la seule spectatrice à avoir refusé de participer à tout (notamment l'exercice de visualisation collectif), les bras croisés, dans une posture de refus pendant pratiquement tout le spectacle.
Comment en retirer quelque chose et profiter si on refuse de participer (au sens large du terme) ?!
C'est comme aller dans un parc d'attraction, s'asseoir dans un coin et ensuite venir dire : "C'est nul, je ne me suis pas amusé !"
Pourquoi être venu ?! Pourquoi payer pour venir voir un spectacle qui manifestement ne lui plaira pas ?  On peut s'interroger sur ses réelles motivations !

Je ne sais pas trop ce qu'elle s'attendait à voir, le pitch du spectacle est pourtant assez explicite. Dans ce cas, à qui la faute ? Est-ce celle du spectateur qui ne sait pas lire le pitch du spectacle ou bien est-ce la mienne qui ne suis pas conforme à qu'elle aurait voulu voir ?

Ayant reçu pas mal de messages exactement opposés au sien, j'ai du mal à comprendre comment pour le même spectacle, les avis peuvent être si divergents !
C'est sans doute lié aux attentes des spectateurs.

Malheureusement avec les personnes refusant de croire aux possibles, leurs objectifs sont bien souvent en réalité, quoi qu'ils en disent, liés à leur ego !
Et quand elles ne peuvent trouver de faille, quand elles ne peuvent prouver qu'elles sont supérieures, leur impuissance se transforme en colère et en haine !

Alors, pour ne plus voir cette image d'elles-mêmes déplaisante (et insupportable ?) que leur renvoie le miroir, il est sans doute plus simple de dire que le problème vient du miroir et d'essayer de le briser ! "Miroir mon beau miroir, dis-moi que je suis la plus belle !"

Une de leurs autres manières de faire serait d'éteindre la lumière (en prétendant vouloir nous éclairer au contraire !), mais ça c'est un autre débat Clin d'œil

Au lieu de ça, nous pouvons au contraire ouvrir les yeux, ouvrir notre esprit, nous regarder en face et choisir de grandir, d'évoluer et nous épanouir, en choisissant de nous affranchir des dogmes, des conditionnements et des limites qu'on a voulu nous imposer pour nous asservir, pour pouvoir dire nous-mêmes :

Le jour où j'ai ouvert les yeux...