De la prescience

Je sais que je devrais suivre mon intuition. Je le sais et pourtant trop souvent, je ne lui fais pas assez confiance. J’analyse, j’étudie, je soupèse et je décide d’aller dans un chemin complètement différent de celui qu’elle me suggère ! C’est un peu comme lorsqu’on vous conseille de faire quelque chose et que, bien que vous sachiez par avance que c’est la bonne chose à faire, bien que vous sachiez que vous vous trompez, vous décidez de faire autrement !

En fin de spectacle, inévitablement des questions sur la prescience reviennent. Ce sont des questions que se posent certainement également beaucoup de sensitifs dès lors qu’ils ne restent pas prisonniers de leurs croyances ! Ce sont des questions auxquelles je n’échappe pas moi-même et je n’ai malheureusement aucune certitude, aucune réponse à celles-ci, juste mes propres croyances…

J’en ai, d’une certaine manière, fait ma profession, pourtant ainsi que je le dis dans mon spectacle, je me pose constamment la question : intuition ou imagination ?
En d’autres termes, lorsque je ne sens pas quelque chose, est-ce mon intuition qui me parle ou bien n’est-ce parfois qu’une simple projection, voire une projection de mes peurs et de mes doutes ?
Certes, il m’a toujours semblé plus simple de voir pour les autres, surtout des inconnus, que pour moi, lorsqu’il n’y a aucun affect ou bien lorsque je ne suis pas impliqué moi-même.

Lorsque je pressens quelque chose, suis-je enfermé dans cette vision ou bien est-ce moi qui en précipite, en provoque l’issue à cause de ces projections ?

L’avenir est-il écrit et en suis-je prisonnier ou bien, tel face à une prévision, je peux m’en prémunir voire complètement changer le cours des événements ?

Par exemple, si je te prédis qu’un peu plus loin sur le trottoir sur lequel tu chemines, il y a un trou qui te fera chuter. Tu pourras faire un écart pour l’éviter et ainsi ne pas tomber. Je veux croire que c’est ainsi que les choses fonctionnent. Sinon, où est le libre arbitre ? Où est le choix ? Où est l’espoir ? Et surtout quel intérêt y aurait-il alors à entrapercevoir l’avenir ?

Pourtant, même en sentant ce qui va arriver, il m'arrive d'être dans l’incapacité d’y échapper, dans l’incapacité de modifier quoi que ce soit à la trame des événements que j'entrevois, en fait, le plus souvent, c'est comme si je ne parvenais pas à entrevoir d’autre issue possible !
La seule chose qui me reste alors à faire, c’est accepter et m’adapter (par anticipation), même si parfois je m’y refuse.

Mais peut-être est-ce simplement que je deviens fataliste ou bien encore que mon état d’esprit actuel suite à certains événements récents dans ma vie, fait que j’ai un peu de mal à voir les issues favorables à ces mêmes événements. Je voudrais croire que c’est la deuxième solution et que ce n’est donc que temporaire…

 

pensées